Le mythe des réseaux sociaux

par | 2 avril 2024 | #freelance | 10 commentaires

Doit-on forcément être sur les réseaux sociaux pour réussir comme graphiste freelance ?

Ah, les réseaux sociaux… Le gros dilemme des graphistes freelance ! Si vous êtes, comme moi, de nature plutôt introvertie (comme c’est le cas de la majorité des designers freelance), il est fort probable que vous ne vous reconnaissiez pas dans tout ce flot de « bonnes recettes » qui nous submergent jour après jour. Il y a même de grandes chances pour que cela devienne une source de stress au quotidien. À les entendre, on est complètement à côté de la plaque si on ne réseaute pas, si on n’a pas de chaine Youtube ou 10k abonnés sur Insta, qu’on ne publie tous les jours en story les coulisses de notre process, notre routine, nos dernières créa, nos retours clients, et j’en passe…

J’ai personnellement été très malheureuse pendant plusieurs années, déchirée entre cette injonction à être présente sur les réseaux pour réussir comme free-lance, et ma profonde aversion pour eux. J’ai tenté un nombre incalculable de fois de « m’y mettre », j’ai essayé différentes stratégies « imparables », suivi plusieurs formations en ligne, lu des tonnes de livres…

Pour au final me retrouver en souffrance, à chaque fois, avec ce sentiment d’aller contre ma nature, de faire quelque chose que je déteste et qui ne me ressemble pas.

Entendons-nous bien : si c’est votre truc, je veux dire si ça ne vous demande aucun effort, que vous aimez ça, et qu’en plus ça marche, alors évidemment foncez !!
Je ne dis pas que cette approche est mauvaise, loin de là. Est-ce que les réseaux sociaux peuvent vous aider à développer votre entreprise ? Oui. Est-ce que c’est l’unique moyen ? Non !

Je pense qu’on oublie que c’est juste UNE approche, et qu’en fait, il y en a plein d’autres, tout aussi efficaces.

D’ailleurs, quand on y pense, un petit rappel qui fait du bien : le commerce – ou l’activité de vendre des biens et des services, ça existe depuis au moins 5 000 ans (on pourrait même dire depuis le début de la civilisation urbaine en Mésopotamie.). À côté de ça, les réseaux sociaux ne sont apparus que dans les années 2000 – c’est à dire il y une vingtaine d’années… N’est-ce pas suffisant pour se rappeler que les médias sociaux ne sont absolument pas une condition préalable à la réussite d’une entreprise ?

Je crois que c’est avant tout une question de personnalité. Logique : votre entreprise, c’est vous. Elle vous ressemble. Alors votre stratégie marketing, votre communication, elle doit vous ressembler, elle aussi. Sinon on perd l’alignement qui est vital pour une entreprise pérenne. Si vous êtes plutôt réservé, que l’idée de vous montrer face caméra à de parfaits inconnus tous les jours vous angoisse, c’est normal ! Est-ce que ça veut dire que vous n’avez pas la fibre entrepreneuriale et que vous devez arrêter ? N’importe quoi ! Bien sûr que non.
Ce type de marketing, il y a des personnes qui sont nées pour ça. On en connait tous. Elles sont comme des poissons dans l’eau sur les réseaux, elles ont le bagoût, elles aiment se vendre et le font sans le moindre effort – et elles excellent carrément là-dedans !

Maintenant, si vous êtes plus comme moi, que ça vous prend un temps fou de rédiger un post Instagram (Le choix de la photo : 2h / La description : 5h / Les hashtags : Oh my God / A quelle heure je publie ? Mince l’heure est passée, je dois attendre demain), que c’est complètement contre nature de vous montrer, que vous vous forcez à faire des choses parce qu’« il faut le faire », et que vous préféreriez 1000 fois passer votre temps libre à flâner dehors, à lire, à boire du thé ou à créer…

Pourquoi vous infliger ça ?

Tout simplement parce qu’on nous a dit que c’était la bonne façon, pire : la seule façon. Parce que les réseaux sociaux débordent de comptes motivationnels pour entrepreneurs à base de #hustle, #goals, #successquotes, #businesscoach, #makeithappen, #dreambig… Parce qu’on est harcelés de newsletters, pop-up, publicités et posts qui nous disent qu’être entrepreneur, ça passe obligatoirement par ça.

En fait, à partir du moment où vous faites quelque chose à contre-cœur, les résultats à long terme ne seront jamais bons.

Et s’il existait une autre façon de réussir ?

Et si vous trouviez plutôt une stratégie qui vous ressemble ? Une qui résonne avec qui vous êtes, avec vos valeurs, vos capacités, une qui respecte vos limites sans vous forcer à faire ou dire des choses qui sont contre nature et qui sapent votre énergie, votre confiance en vous et votre moral ? Et surtout, qui soit cohérente par rapport à vos clients ?

J’ai remarqué quelque chose de particulièrement intéressant concernant Instagram et les graphistes freelance. Faisons donc un petit test : allez sur Insta, et regardez votre liste de followers. Je suis prête à parier que, en plus de votre famille et de vos amis, la plupart de vos followers sont d’autres graphistes. Aka… vos concurrents. Alors c’est sûr que c’est chouette, cette communauté en ligne de freelance. Je trouve ça génial ! On se soutient, on s’inspire les uns les autres, et c’est précieux ! Mais réalisez que, du coup, vous publiez pour vos concurrents, et non pour vos potentiels clients ! Ce n’est donc pas comme ça que vous allez signer de nouveaux contrats. Il faut juste en être conscient.

Je me suis rendue compte au fil du temps que je m’acharnais à vouloir être sur Insta alors qu’en fait, mon client idéal, lui, ne s’y trouvait pas. Quelle perte de temps ! Dès que j’ai compris ça, j’ai arrêté de me faire violence et je suis allée le chercher là où il se trouvait. Et devinez quoi : c’est à ce moment-là que mon entreprise a vraiment décollé.

La plupart du temps, vos clients sont des professionnels, donc ils sont occupés. Ils n’ont pas le temps. S’ils sont sur les réseaux, c’est probablement comme vous, pour essayer de vendre leurs services, et non pour chercher un graphiste. Il est donc, une fois encore, primordial de déterminer à qui vous vous adressez et avec qui vous voulez travailler, pour savoir où vous avez le plus de chance de les trouver.

Enfin, il faut se souvenir que, si votre visibilité dépend des réseaux sociaux, vous êtes à la merci d’un algorithme. Vos followers peuvent disparaitre à tout moment. Où le réseau être délaissé au profit d’un nouveau, et il faudra tout recommencer. Prudence, donc.

Pour clore, je vous propose quelques pistes pour commencer à retrouver un peu de clarté et briser le mythe des réseaux sociaux :

1 / Ramenez votre attention vers l’intérieur.

Vous, votre entreprise, vos valeurs. Qui vous êtes, ce que vous faites, pourquoi vous le faites, et qui vous servez. Stop au bruit permanent. Faites de la place, faites le vide. Désabonnez-vous de toutes ces newsletters, ces comptes, ces blogs etc. Ils ne vous inspirent pas, ils vous stressent. Ils vous poussent à vous comparer en permanence, à vous juger, à vous trouver pas assez performants, pas assez, pas assez, pas assez… Ne vous infligez pas ça.

2 / Revenez à l’essence de votre entreprise :

Aka ce que vous faites mieux que personne : votre cœur de métier. Si on redirigeait toute l’énergie déployée à essayer de se vendre dans notre véritable travail, non seulement on serait plus productif, mais aussi plus inspiré, plus confiant, et plus serein. Recentrez-vous sur votre activité de designer.
En fait, si on mettait bout à bout tous les choses soi-disant indispensables à faire sur les réseaux pour développer notre entreprise, il ne nous resterait pas une seule minute pour faire ce qu’on est censés faire à la base : notre métier.

3 / Appréciez ce que vous avez déjà

Quand on passe la moitié de son temps à essayer d’attirer les clients en répétant des stratégies marketing toutes faites, en perd beaucoup de temps et d’énergie, et on n’en a plus pour s’occuper de ses clients actuels. On les néglige. On cherche déjà les prochains. Qu’on négligera aussi à la recherche des suivants. Et ça, consciemment ou non, ils le sentent. Est-ce réellement le genre d’expérience que vous souhaitez offrir à vos clients ?
Revenez à l’ici et maintenant. Soyez reconnaissants pour les clients que vous avez aujourd’hui ; ceux qui vous ont choisi, qui vous font confiance, et qui vous paient. Chouchoutez-les. Appliquez-vous à les servir au-delà de leurs attentes. Offrez-leur une expérience inoubliable. Montrez-leur ce que c’est de travailler avec vous. Et croyez-moi, vous n’aurez pas besoin de leur demander de témoignage pour votre site, ils le feront spontanément. Ils parleront de vous à la moindre occasion, et seront vos meilleurs commerciaux. (80% de mes clients viennent par le bouche à oreille).

4 / Il n’y a pas de modèle à appliquer. C’est à vous de créer le vôtre.

Un modèle qui repose sur vos forces plutôt que vos faiblesses, qui valorise ce dans quoi vous excellez, qui vous laisse choisir les outils qui vous correspondent.
L’alignement est la clé. Rester aligné à vos valeurs, à votre nature, à vos objectifs (pas à ceux qu’on vous vend).

À ce jour : je fête cette année les 10 ans de mon entreprise. Je n’ai pas de compte Facebook, un compte Pinterest que j’utilise uniquement pour donner des ressources à mes élèves, mon Insta affiche 462 abonnés au compteur et je désactive régulièrement mon compte pour plusieurs mois. En 10 ans, les réseaux sociaux ne m’ont amené qu’un seul client, et ce grâce à un post sponsorisé…
Pourtant… Je suis encore là. Et mon entreprise aussi ! Mieux : j’ai des clients qui me correspondent et qui valorisent mon travail, j’ai le luxe de pouvoir refuser des contrats pour choisir de ne travailler que sur des projets qui me passionnent, je ne travaille pas le soir ni le week-end. J’ai du temps pour moi, pour faire ce que j’aime, pour profiter de ma famille. Pour vivre quoi.

Votre entreprise. Vos conditions.

10 Commentaires

  1. Olivier

    Ouaaah ! Ce poids que tu me retire des épaules ! 🤩

    En prenant du recul c’est tellement juste !
    Je me sens beaucoup moins seul que d’avoir que des concurrents sur le compte insta de ma boite, et de ne pas aimer gérer les réseaux pour ma société 😂

    Bravo en tout cas, super bien construit, bien écrit, et on repart pas sans rien après la lecture.
    Merci de tout coeur 🫶🏼

    Réponse
    • Laura Peterman

      Merci beaucoup Olivier pour ce très chouette commentaire ! Je suis vraiment contente que ça puisse te soulager un peu ! Il existe une très forte pression autour de ça, c’est vraiment épuisant. Prendre du recul est parfois difficile mais libérateur !

      Réponse
  2. Frank

    Super article, ça fait du bien et ça change de ce que je peux voir sur LinkedIn, c’est vraiment lourd.

    Avec notamment le petit rappel historique sur l’histoire du commerce des biens et services. J’adore, car ça nous rappelle que l’Homme a toujours commercé sans les réseaux sociaux et continuera à commercer sans.

    Et par conséquent, on peut arrêter de se mettre une pression de malade pour peu de résultats pertinents.

    Merci !

    Réponse
    • Laura Peterman

      Merci Franck !! Mais oui, on a tendance à oublier qu’il y avait une vie avant internet, et qu’à l’échelle de l’histoire de l’humanité, c’est une nanoseconde d’existence ! Et juste ça, je trouve que ça soulage !

      Réponse
  3. Carlos

    C’est très libérateur de lire cela.
    Merci beaucoup.

    Réponse
    • Laura Peterman

      Avec plaisir Carlos. Je suis contente si ça peut alléger un peu.

      Réponse
  4. Alex

    Inspirant. Pas bête. Ca fait partie de ces idées qui dénotent quand on les annoncent qui s’avèrent pleines de sens, presque evidentes, quand on prend le temps de les lire et d’y reflechir. Et passer 1h par jour sur les reseaux, quand on a une famille, ce n’est pas rien. C’est pas vraiment du travail, mais c’est du temps passé, et ca a de la valeur. Reconsiderer ce temps. Se demander si vraiment cest la meilleure façon de l’utiliser, si cest si annodin que ca… est une belle invitation. Merci

    Réponse
    • Laura Peterman

      Merci beaucoup Alex ! Oui, il y a beaucoup d’idées comme ça, qu’on a acceptées sans forcément avoir pris le temps de les passer au filtre de notre propre expérience et ressenti… Et comme tu le dis, une heure, en fait, ben ce n’est pas rien. Encore plus quand on a des enfants. Je suis ravie en tout cas que ça résonne ! A méditer 🙂

      Réponse
  5. Mara

    Encore un article particulièrement bien écrit et pertinent, qui fait écho à plusieurs d’entre nous ! 😉
    Merci Laura pour tes mots !

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *